title
 

Athlète IAAF de l’année 2018, Kévin Mayer dauphin

04 Déc 2018, Posted by Florent Le Derf in Articles
Athlète IAAF de l'année 2018, Kévin Mayer dauphin

Après une fin d’été historique, et un 16 septembre gravé à jamais dans l’histoire, Kévin MAYER et ses 9 126pts s’étaient pris à rêver du titre de l’athlète masculin de l’année, en toute légitimité.

Le verdict est tombé, Kévin MAYER ne montera pas sur la plus haute marche du podium, du moins pas cette fois, l’IAAF et ses votants lui ayant préféré Eliud KIPCHOGE, lui aussi auteur d’une performance majuscule le 16 septembre dernier avec le nouveau record du monde du Marathon (2h01min39sec).

Un scrutin (très) serré

D’après les responsables de l’IAAF, ce ne sont que quelques voix qui auraient départagé le décathlète du marathonien, et tout laisse porter à croire qu’ils disent vrai. Les deux record du monde réalisés par les deux protagonistes ont tellement marqué de leur empreinte cette année 2018 qu’on pouvait légitimement se demander lequel des deux finiraient par faire pencher la balance en sa faveur, sans manquer de respect aux trois autres prétendants au titre (COLEMAN, DUPLANTIS et SAMBA) qui semblaient être un cran au-dessous des deux recordman du Monde.
A ce jeu là, les détails comptent et Kévin MAYER a peut-être payé son raté des Championnats d’Europe face à la saison quasi parfaite du Kényan.

Kévin MAYER fair-play

En effet, si le meilleur athlète européen de l’année a brillé de mille feux mi-septembre à Talence en s’emparant du record du monde du Decathlon avec un total de 9126pts, Eliud KIPCHOGE a réalisé un sans faute et se voit là peut être (un peu) couronné pour l’ensemble de sa carrière, du haut de ses 34ans et de ses galons de meilleur marathonien du monde.
Fidèle à ses principes, Kévin MAYER ne repart pas pour autant déçu de Monaco, saluant même son rival du jour : « J’avais pronostiqué ce résultat, dit-il. Après, tu rentres dans le jeu et au moment des nominations, c’est juste l’ascenseur émotionnel où tu es vachement stressé et d’un seul coup, il y a tout qui retombe… Eliud le méritait autant que moi. Je suis vraiment content pour lui, il n’y a vraiment aucun ressenti négatif par rapport à ça. Juste le petit ascenseur émotionnel qui fait un peu mal. »
Pour Kévin la différence s’est notamment faite au niveau de la cote de popularité du marathon face au decathlon et, pour lui, son seul regret, sera de ne pas avoir amené son sport sur la plus haute marche du podium pour lui offrir la visibilité dont il mériterait.

Les autres lauréat(e)s du soir

Côté féminin c’est Caterine IBARGUEN (Triple saut / saut en longueur) qui s’impose tandis que Armand DUPLANTIS et Sydney McLaughlin ont été désignés « étoiles montantes » de l’année.

Post a comment